Nos conseils pour un ramonage dans les règles

Faire ramoner régulièrement le conduit de sa cheminée et ou son poêle à bois ou granulés de bois en fonctionnement est une obligation.

Les obligations : en général, deux nettoyages par an pour les installations au fuel, au bois et au charbon, dont un pendant la période de chauffe, alors qu’un seul ramonage suffit pour une installation au gaz. Le nombre de ramonages par an est fixé dans le « règlement sanitaire départemental” et s’applique sur tout le territoire.

 

À quoi sert un ramonage ?

Il permet d’effectuer des économies de combustible grâce à un nouveau réglage de l’installation, d’obtenir un meilleur tirage et limite la pollution. Surtout, il évite de mettre votre vie en danger. Outre l’incendie du conduit de cheminée, le risque principal d’un défaut de ramonage reste l’intoxication au monoxyde de carbone.

QU’EST-CE LE RAMONAGE

Dès que la température baisse, les cheminées, inserts, foyer , poêles à bois ou granulés et les chaudières reprennent du service pour plusieurs mois.
Pour le bon fonctionnement de vos appareils et pour votre sécurité, le ramonage de votre conduit d’évacuation est indispensable.
Le ramonage d’une cheminée fait appel à des connaissances techniques en matière de réglementation, de normalisation et de combustion.
On entend par ramonage, le nettoyage par action mécanique directe de la paroi intérieure du conduit d’évacuation.
Cela permet d’éliminer la suie, les dépôts et autres détritus qui se déposent sur la paroi.

Qu’est-ce que le débistrage ?

Lorsque le conduit est enveloppé de bistre « goudron très dur qui se fixe sur les parois et qui peut provoquer un feu de cheminée ». La seule solution est de faire pratiquer un débistrage mécanique.

Il faut alors utiliser une débistreuse qui est un appareil équipé de masselottes métalliques reliées à une tête rotative qui tourne à plus de 1400 tours par minutes.

QUE RISQUE-T-ON EN CAS DE MAUVAIS ENTRETIEN ?

Sachez que la loi prévoit une amende maximale de 450 euros si vous ne faites pas ramoner votre conduit.

De plus, en cas de sinistre (incendie par exemple), votre responsabilité civile et pourquoi pas pénale (si l’incendie a fait des victimes) peut être engagée.
Quant à votre assurance, son attitude peut varier. Si certaines compagnies remboursent les dommages pour l’instant sans problème, d’autres refusent de les prendre en charge si les causes du sinistre sont imputables à un défaut d’entretien. Ces derniers exigent généralement dans leur contrat la remise d’un certificat de ramonage annuel, voir deux.
Idem pour certain bail locatif.

Bûches ramoneuses : à utiliser avec précaution

De nombreux magasins proposent à la vente des bûches ramoneuses qui, par l’action de produits chimiques, sont censées ramoner vos conduits de cheminée ou d’installation de chauffage. S’ils constituent effectivement une aide au ramonage mécanique en fragilisant les dépôts, ces produits ne peuvent se substituer à lui.
Dans certains cas, ils présentent même un risque de vieillissement accéléré des matériaux utilisés pour les conduits (corrosion due à une réaction chimique). Mieux vaut donc vous en tenir au ramonage exigé par la réglementation.

COMMENT LIMITER LA PRODUCTION DE SUIE ?

Utiliser un bois de chauffage de qualité

C’est d’abord un bois sec

Un bois présentant un taux d’humidité trop important peut réduire le rendement de votre appareil de 50 à 75%. Ce bois aura une propension plus grande à encrasser votre poêle, insert, foyer , augmentant le risque de transmission du feu au conduit d’évacuation et à libérer des substances polluantes lors de la combustion.
Le taux d’humidité est la première caractéristique à prendre en compte pour le bois de chauffage ; il conditionne le rendement énergétique du combustible et constitue un critère plus important que le choix même du type de bois utilisé.
Lors de votre achat, une première astuce pour vérifier un taux d’humidité raisonnable consiste à entrechoquer les bûches l’une contre l’autre : l’obtention d’un bruit sec est un bon indice d’un niveau d’humidité réduit.

Le pouvoir calorifique du bois de chauffage dépend de l’essence choisie

Le deuxième critère de choix consiste à étudier le pouvoir calorifique des différentes essences de bois selon les nomenclatures disponibles (100 correspondant au bois qui donnent le plus de chaleur par dm3).
Ainsi, selon la nomenclature des types de bois, dans l’ordre ceux-ci se classent de la manière suivante :

  • Charme : 100
  • Chêne : 99
  • Frêne : 92
  • Érable : 91
  • Bouleau : 89
  • Orme : 84
  • Hêtre : 80
  • Saule : 71
  • Sapin : 70
  • Aulne : 67

Il est conseillé d’éviter d’utiliser des bois résineux (notamment les conifères type Epicéa, Cyprès…) qui peuvent présenter des pouvoirs calorifiques important mais qui donnent peu de braises. De même, le bois de châtaigner qui fait pourtant parti des feuillus durs – très appréciés pour le chauffage – éclate lors de la combustion, ce qui peut engendrer quelques désagréments.

Le bois de hêtre est vivement conseillé. Il dispose d’un important pouvoir calorifique, produit de bonnes braises et de belles flammes. Il dégage également une hauteur appréciable.

Le bouleau est également un excellent bois de chauffage, de par son important pouvoir calorifique et par la qualité de ses flammes et de ses braises. Seul inconvénient, il brûle rapidement.

Le chêne est également un excellent combustible même s’il produit des flammes moins agréables. Il dispose d’un haut pouvoir calorifique et produit une combustion idéale. Cependant, son importante contenance en tanins nécessite une période de séchage plus longue, soit de 3 ans dont 2 années au gré des intempéries pour éliminer les tanins au maximum.

Mieux vaut donc l’acheter un an à deux ans auparavant et le stocker dans un endroit sec et ventilé (pas dans une cave), sur des palettes par exemple (pas de contact avec le sol).
Afin de laisser l’air circuler, posez une bâche dessus mais pas sur les côtés,

CHOISIR SES GRANULES DE BOIS

Des dimensions à la densité en passant par la certification ou la durabilité… Découvrez tous les critères à prendre en compte pour choisir des granulés de bois de bonne qualité.

La certification 

Si vous voulez être sûr de choisir des pellets de bonne qualité, il est important de sélectionner des granulés de bois certifiés.  DIN Plus, NF et EN plus (qui sont les principales certifications sur le marché) présentent en effet la garantie d’utiliser des granulés de bois qui offriront un rendement optimal.

La longueur et le diamètre 

La taille de vos granulés de bois est un critère à ne surtout pas négliger. Il est en effet conseillé d’acheter des pellets de petite taille, avec un diamètre d’environ 6 à 8 mm et 2 à 3 cm de longueur. Ainsi, vos pellets circuleront parfaitement entre le silo et la chambre de combustion et vous éviteront tout blocage de l’appareil.

Le taux de fines 

Les fines sont des fragments de fibre de bois de petite taille arrachés lors de la fabrication de granulés de bois. Si le taux de fines est trop élevé, vos pellets auront tendance à brûler très rapidement et vous risquez d’encrasser votre appareil de chauffage. Pour information, les fabricants et fournisseurs recommandent un taux de fines inférieur à 1 %.

Poele a granules chauffage seine et marne

La densité Vous devez également tenir compte de la densité pour choisir des pellets de bonne qualité. Plus le degré de densification est élevé, plus le taux de fines est faible, et vos granulés de bois produiront ainsi plus de chaleur.

Le taux d’humidité 

Choisissez des granulés de bois avec un taux d’humidité faible (8 à 10 %) pour que sa combustion et le rendement de l’appareil de chauffage soient optimaux.
La durabilité mécanique
Afin que vos pellets ne se cassent pas en cas de frottements (granulés en sacs), lors du transport ou de l’acheminement jusqu’à la chambre de combustion, il est primordial d’opter pour un pourcentage de
Durabilité mécanique très élevé (autour de 95 %).

La présence d’additifs 

Méfiez-vous des granulés de bois avec un fort taux d’additifs, ils provoquent non seulement une augmentation du taux de cendres (ce qui reste après la combustion) mais également des émissions de gaz à effet de serre. Logiquement, aucun produit ou additif chimique n’est nécessaire à la fabrication des pellets car leur dureté et leur forme sont obtenues uniquement par simple compression.

Le pouvoir calorifique 

Enfin, sachez qu’un granulé de bois de qualité irréprochable doit présenter un fort pouvoir calorifique (environ 5 kWh/kg) afin de maximiser les performances de chauffe.

Vous avez désormais toutes les clés en main pour éviter d’acheter des pellets qui ne feront pas long feu !

Quelles sont les précautions à prendre pour le stockage des granulés de bois ? 

Il est impératif de prendre des précautions pour la conservation des granulés de bois. Elles permettent de limiter la dégradation de ces derniers, de préserver leurs performances et d’éviter l’endommagement prématuré de votre appareil de chauffage. Il faut ainsi :
– Stocker ses granulés de bois à l’abri de la poussière et de l’humidité. En effet, l’humidité peut entraîner un gonflement qui rendra le granulé inutilisable tandis que la poussière peut encrasser l’appareil de chauffage et impacter son fonctionnement.
– Utiliser les pellets uniquement avec un appareil adapté à ce type de combustible.
– Conserver ses granulés de bois loin des sources de chaleur.
– Faire en sorte que le lieu de stockage des granulés soit facilement accessible pour les livreurs.

NOS PRESTATIONS

Pour les ramonages notre zone d’intervention est de 50 km autour de Provins.

Nous sommes qualifiés pour exercer cette profession réglementée.
Activités réglementées par décret n°98-246 du 2 avril 1998
Quels que soient le statut juridique et les caractéristiques de l’entreprise, les activités de ramonage ne peuvent être exercées que par une personne qualifiée professionnellement ou sous le contrôle effectif et permanent de celle-ci.
Notre gérant Monsieur Thierry SEENE cumulant plus de 10 ans expérience, peux se valoir du titre « Artisan »
Egalement diplômé en tant que « Ramoneur -Fumiste » par le COSTIC

La garantie d’un ramonage fait par des artisans qualifiés et certifiés pour votre :

  • Insert
  • Foyer ouvert
  • Poêle à bois ou granulés

Un Certificat est délivré pour chaque prestation

TARIF DE GROUPE

Regroupez vos amis, votre famille, vos voisins ….
Nous vous proposons un tarif de groupe à partir de 5 ramonages à effectuer le même jour dans rayon de cinq kilomètres. Contactez nous.

TARIF FIDELITE

Nous effectuons des tarifs dégressifs, pour nos fidèles clients. De 5 € à 15 € selon le nombre de ramonages effectuées à la même adresse.

Taux de TVA intermédiaire

Pour les travaux de rénovation effectués dans un logement construit depuis plus de deux ans, vous pouvez appliquer un taux de TVA intermédiaire de 10%.

Ce taux peut s’appliquer pour une habitation (maison ou appartement) secondaire ou principale, mais aussi sur les travaux effectués dans le garage, la cave ou le grenier, que l’habitant soit locataire ou propriétaire.

Il n’y a pas de critères de ressources.

Ce taux s’applique sur la main d’œuvre et sur l’achat des matériels. A noter, votre client ne bénéficiera pas de cette TVA réduite s’il achète lui-même les équipements. N’oubliez pas de l’en informer lors du devis par exemple.

Contactez-nous

Par téléphone : 01 60 67 54 90 ou 06 48 73 99 21

Par mail : contact@cap-eco-confort.com

Par courrier : CAP ECO CONFORT 2 impasse des Vignes 77520 PAROY

Le diplôme « Ramoneur- Fumiste » délivré par le Costic, c’est quoi ?

La Connaissance générale

  • Cadre réglementaire, règles d’implantation des conduits de fumée
  • Typologie et identification des conduits, règles de mise en œuvre des conduits
  • Dimensionnement des conduits
  • Description d’une installation de chauffage central et des systèmes de chauffage divisé au bois.

Les Chantiers d’intervention

  • Sécurité d’intervention et d’évolution en toiture
  • Protection des lieux et éclairage d’appoint
  • Sélection des outils adaptés
  • Mise à l’arrêt du générateur et remise en service
  • Contrôle de bon fonctionnement du système de chauffage, contrôle de combustion
  • Certificat de ramonage.
 

Les Techniques de ramonage

  • Matériel et outillage du ramoneur, choix des brosses et des cannes
  • Ramonage des conduits par le haut et par le bas, nettoyage des générateurs
  • Contrôle de la vacuité d’un conduit.

Le Contrôle et diagnostic des conduits

  • Contrôle de l’étanchéité des trappes et du conduit
  • Contrôle de l’état de la souche, fiche de diagnostic.
 

La Réhabilitation des conduits

  • Techniques de réparation, tubage des conduits
  • Repérage des conduits.

La Relation client

  • Etablir un devis
  • Expliquer les techniques de mise en œuvre
  • Expliquer les désordres courants des conduits et préconiser les remèdes.
  • Ces connaissances sont mises en application par des travaux dirigés et des travaux pratiques sur des plateformes fonctionnelles tels que :
  • Ramonage de différents types de conduits et de chaudières
  • Dépose et repose de brûleurs, ouverture et fermeture des générateurs
  • Contrôle de vacuité, de combustion, contrôle et diagnostic par test fumigène, par robot caméra
  • Pose et dépose de conduit de fumée double peau et de tubage
  • Évolution en sécurité sur un toit.

DEMANDEZ UN RENSEIGNEMENT OU UN DEVIS

CONTACTEZ-NOUS
CONTACTEZ-NOUS